Frédéric Téjou, plus fort qu’hier

Shares
Read Carefully

Avec plus de 300 matchs à son actif, Fréderic Téjou s’est hissé au rang des meilleurs gardiens du football guadeloupéen. À 31 ans, cet amoureux du ballon rond ouvre ce mercredi à Gourbeyre, une école de gardiens de but. Une première dans la région basse-terrienne en Guadeloupe.

 

Il y a plus de 20 ans, déjà, nous jouions ensemble à Grand-Croix, Vieux-Habitants. Notre famille vivait dans ce quartier de la section de Cousinière.  Chargé d’histoires, d’instants de bonheur, Grand-Croix a marqué notre enfance. En interview, il m’a rappelé combien je l’embêtais. À l’époque, nous étions au milieu des conversations passionnantes de nos oncles. Nous apprenions à connaître ceux que nous n’avons pas  connus à travers leurs histoires parfois rocambolesques. La boutique de Fifi en plein centre était notre endroit préféré. Elle nous donnait tout avec amour. Nous étions ses enfants.

Floup, jus à la poire, coca, bonbons.  Nous nous asseyons dans la boutique pour déguster toutes ces sucreries. Parfois, mon grand-père Pierre nous amenait dans son jardin et nous montions à l’arrière de sa camionnette. Peut-être l’un des seuls moments où Frédéric lâchait son ballon. (Rires)

Frédéric venait voir souvent sa mamie Couzy.  À tel point que je croyais qu’il vivait là. Couzy  avait un grand jardin dans lequel Frédéric jouait au foot une bonne partie de la journée.  Vous l’aurez compris, Frédéric Téjou est mon cousin. Au-delà de ma fierté de rédiger son portrait, je suis ravie qu’il compte parmi les figures marquantes du football guadeloupéen.

“Le football est pour moi le plus beau sport au monde, j’y joue depuis l’âge de trois ans”.

Frédéric a accepté immédiatement ma demande d’interview ! Je l’ai donc rencontré à la fin d’un match amical à Saint-Claude. Tandis que ses coéquipiers prenaient le temps de la discussion autour d’un repas, nous avons discuté foot !

Maillot Paris Saint Germain floqué F.Tejou d’un rouge vif, Frédéric me raconte : “Le football est pour moi le plus beau sport au monde, j’y joue depuis l’âge de trois ans”.  Les dès sont jetés, l’envie de prendre les gants du gardien de but est certaine. Inspiré et entrainé par son grand frère Josyp. Fréderic Téjou a trouvé sa place sur le terrain. Poste le plus ingrat, il avoue que toutes ses expériences en tant que gardien ont forgées son caractère. Au creux de la vague, il n’a jamais abandonné le terrain.

“Le football a renforcé les valeurs que ma famille m’a inculquées.Des valeurs pour exceller ou la fainéantise n’a pas sa place »,

Plusieurs clubs guadeloupéens lui ont fait confiance. Aujourd’hui c’est à la Gauloise qu’il évolue.  Sa technique, sa rage de vaincre n’ont pas échappé au staff des Gwada Boys. En 2007, il est appelé pour faire partie de la sélection. Un honneur pour lui qui rêvait de percer dans le football professionnel. Victime de plusieurs blessures, il n’a jamais pu atteindre son ultime objectif. “Je me suis blessé au mauvais moment. Je pense que le facteur chance m’a fait défaut”. Les coups du sort n’empêcheront pas Frédéric Tejou d’être considéré comme l’un des meilleurs gardiens du football guadeloupéen. “Le football a renforcé les valeurs que ma famille m’a inculquées.Des valeurs pour exceller ou la fainéantise n’a pas sa place », insiste-t-il.

“Le premier doudou de mon fils c’était un ballon”, 

En dehors du terrain Frédéric Tejou est aussi chargé de projet au sein du Conseil Régional de la Guadeloupe. Un poste aménagé  qui lui permet de répondre à ses obligations sportives et de passer du temps avec sa famille. Papa d’un petit garçon, Frédéric a bien l’intention d’en faire un footballeur. “Le premier doudou de mon fils c’était un ballon”, raconte-t-il des étoiles dans les yeux.

Accroché au sport, éduqué pour la gagne, cette année, Frédéric Tejou ouvre une école de gardien de but. “Cela fait plusieurs années que je réfléchis à ce projet. Nous avons une pénurie d’entraîneurs de gardiens de but sur l’île”, déclare-t-il. Un défi structuré qu’il relève avec professionnalisme. Soutenus par sa famille et sa compagne Denise dans cette nouvelle aventure, de septembre à juin une dizaine de jeunes seront encadrés. “Mon objectif est de faire de l’un de mes stagiaires atteindre le niveau pro”.  Particulièrement investit Frédéric Téjou garde la lucarne des pros dans son viseur.

 

Stécy LANCASTRE

Crédit Photo : Dominique Chomereau Lamotte

École de gardien de but Frédéric Téjou

@ : ecoledegardien.frederictejou@gmail.com

Mercredi 14H/16H30

Vendredi 17H/18H30

à Bisdary, Gourbeyre

 

ABONNEZ-VOUS À LANOUVELLESAM

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 439 autres abonnés

Facebook LaNouvelleSam




Top
%d blogueurs aiment cette page :