La langue française, ses charmes et son orthographe

Er ou E ? J’ai dis ou j’ai dit ? Considérée comme l’une des langues les plus riches et les plus agréables à apprendre le français est aussi très compliqué. Erreurs de grammaire, de conjugaison, mauvais accords, de nombreux Français avouent ne pas maitriser les subtilités de la langue de Molière. Nous nous sommes rendus sur les réseaux sociaux les plus en vogue du moment, afin de recenser l’avis sur ces fautes qui exaspèrent au plus au point ! Pour rappel notre liste est non exhaustive.

Sais, C’est, ses, s’est, ces…

Sans cesse confondus, ces homophones ont du souci à se faire. Cette confusion est  employée à toutes les sauces. Malheureusement ils reviennent dans toutes les phrases et il serait temps de se défaire de cette faute qui saute aux yeux.

article

C’est comme même étonnant qu’en pensez vous ?

Décriée par les internautes, cette expression est le tournant maléfique de la locution adverbiale de « quand même ». « Je trouve que c’est quand même grave » ajoute Axel à son commentaire. « C’est comme même hallucinant » s’en joue Valérie.

« Bonne appétit et bonne anniversaire »

Nous le savons tous, la liaison à l’oral est possible, sauf qu’elle est à proscrire de toute urgence à l’écrit. il s’agit d’UN appétit et d’Un anniversaire. C’est Chrisline qui nous a relevé cette faute atroce en disant : « Elle est partout mais on a beau les corriger ils ne s’en préoccupent pas, bon sang c’est masculin ! ». Battez-vous, vous pouvez le faire.

Croivent-Voyent

Effectivement, avec le verbe boire, il est possible qu’ils boivent ! Mais quand ils croient, ils ne croivent pas. Pareil pour le verbe voir, ils voient mais ne voyent pas ! Vous l’aurez compris, cela ne se dit pas. « C’est le pire pour moi, un crime contre l’humanité » (Rires) insiste Romuald.

Ont/On

Il serait temps de comprendre qu’ils ne sont pas copains. On annonce dans l’oreillette qu’ils ON trouvé l’énigme…ONT ne peut  décemment pas écrire une phrase comme cela !

Salut Sava ?

La génération SMS  l’a connait bien celle là ! non SA NE VA PAS ! Mais oui ça va très bien merci et vous ?

ET/ EST

Elle ET sortie de chez elle ? Nous pensons qu’elle y EST encore malheureusement…

ER ou E ?

Voici ce que dit notre ami le Bescherelle : é/er (participe passé en -é ou infinitif en -er?)
– Après les prépositions (à, de, par, pour, sans…), on met toujours un infinitif, en-er.
La règle :
Un verbe dont la terminaison est « er » est à l’infinitif. Si sa terminaison est « é », il est au participe passé.
L’astuce :
Lorsqu’on peut remplacer le verbe par « prendre », c’est que la bonne terminaison est « er ».
Les exemples :
– Il a fini de manger à 13h.
– Il a gagné beaucoup de temps.

Alors toujours aussi compliqué ?

fautesdortho

Les expressions lourdingues

« Au jour d’aujourd’hui »

Avec la télé-réalité qui pullule dans nos télés, les candidats de ces émissions lorsqu’ils veulent paraitre intelligents utilisent cette expression. Sauf qu’il s’agit d’une redondance, d’un pléonasme. Essayons de vivre aujourd’hui pour commencer…

« Moi personnellement »

À moins que vous aimez beaucoup employer la première personne cette expression est aussi un pléonasme.

« Si j’aurai su »

Entendue une fois dans la guerre des boutons le film de Yves Robert paru en 1962, elle a fait le tour du monde. Mais non ! Une bonne fois pour toute c’est si j’avais su ! Voici la règle et les solutions .

Un amour contrarié

À l’heure des réseaux sociaux, et des SMS, les Français et l’orthographe c’est toute une histoire. D’après une enquête parue dans le Parisien en juin 2015 réalisé par le Premier Baromètre de Voltaire, le niveau d’orthographe des élèves en classe mais aussi chez les adultes est en chute libre.  Seulement 45% des règles orthographiques sont connues des Français. Ce désamour ne date pas d’hier, cela fait maintenant une vingtaine d’années que l’on constate cette baisse en orthographe. Selon une note du ministère de l’Education nationale, le nombre de fautes par dictée est passé de 10,7 à 14,7 entre 1987 et 2007. Ainsi le pourcentage de ceux qui faisaient environ une quinzaine d’erreurs a atteint 46%. 73% d’entre nous trouvent la langue difficile ! C’est la conjugaison à 36% et la grammaire à 37% qui donnent des sueurs froides.