Comment se porte l’économie de la Guadeloupe ?

 

La Guadeloupe apparaît dans son environnement régional la Caraïbe, comme un îlot de richesse, de par ses prestations sociales et un système de santé équivalent à ceux des pays développés. L’économie de l’île est principalement axée autour de l’agriculture, l’industrie agro-alimentaire et le tourisme. Quel bilan économique pouvons-nous tirer six ans après la crise sociale qui a paralysé de façon notoire les activités de l’île ? Quelles sont les opportunités que l’on peut envisager sur une île comme celle de la Guadeloupe ?

Une conjoncture atone

Selon l’Insee, la consommation des ménages est en perte de vitesse principalement à cause des faibles gains de pouvoir d’achat. En 2013, la situation économique de la Guadeloupe s’est dégradée, fortement pénalisée par une consommation des ménages qui stagne (–0,1 %). Le taux de chômage  augmente de 3 points atteignant 26,4 %.

Néanmoins, en dépit d’un contexte économique esquinté, c’est un renouveau qui se produit en 2014 puisque les crédits à la consommation séduisent la population, comme en témoigne la hausse des immatriculations de voitures neuves, ce qui pourrait signifier une reprise de la consommation des ménages.

Une agriculture et une industrie agro-alimentaire flamboyantes

Les deux usines sucrières de Guadeloupe ont broyé 587 676 tonnes de cannes en 2014, soit une augmentation de 31 % par rapport à l’année précédente. Ce bilan positif est dû aux conditions pluviométriques favorables et à l’augmentation progressive des surfaces cultivées de canne à sucre. Le plan ambitieux de la filière canne-sucre-rhum est de produire 830 000 tonnes de cannes par an. Cela a eu un impact favorable sur  la production de rhum qui augmente de 4,7 %, portée par une augmentation de 44 % du rhum agricole. L’exportation de la banane en Europe a également  atteint 72 909 tonnes en 2014, soit une augmentation annuelle de 3 %.

 

agua lodge
Aqua lodge,Saint François (Guadeloupe)

 Tourisme : La désaffection des hôtels

Tandis que l’essor de l’industrie et de l’agriculture est à son paroxysme, l’hôtellerie, autre vecteur économique principal de l’île connaît une période morose. En 2014, la fréquentation des hôtels a atteint son niveau le plus faible depuis la crise sociale et économique de 2009. Moins de clients mais aussi moins de nuitées. Ce sont 63% des touristes qui optent pour un gîte ou une location. Le secteur du tourisme est en train de vivre une réelle mutation en passant du « all exclusive » à un côté plus nature avec l’émergence de gîtes et de l’aqua lodge qui va devenir un produit phare de la destination Guadeloupe. 500 000 visiteurs: c’est le nombre de touristes qui sont attirés chaque année par l’île aux belles eaux. La population locale pourrait tirer profit de ce développement de l’éco-tourisme.

Des productions locales fécondes

rue pietonne
Rue piétonne, Point à pitre

Comment entreprendre en Guadeloupe ?Le tissu économique repose principalement sur les PME et sur les TPE : 95 % des entreprises ont moins de 10 salariés. Plusieurs start-up font leurs premières armes dans la zone industrielle de Jarry. Avec ces 325 hectares de commerces, Jarry est la vitrine économique de l’île.  Portée par cette dynamique, l’économie guadeloupéenne se transforme. La production locale est devenue un leitmotiv pour des entrepreneurs comme Franck Desalme, président de l’Association des moyennes et petites industries de la Guadeloupe et des Grands Moulins des Antilles, Henry Joseph, pharmacien à la tête d’une entreprise de plantes médicinales nommé phytobokaz. ou bien encore le groupe feeling guadeloupe spécialiste du tourisme sur mesure.L’Artisanat contribue aussi au rayonnement de la production locale. Le développement de la « rue piétonne artisanale » dans la ville de Point à Pitre se positionne comme un enjeu économique majeur et une visibilité pour les artisans de l’île.Les saveurs et les créations locales sont valorisées et exposées par ces derniers. Un dispositif qui connait un véritable succès auprès des habitants et des touristes. il pourrait s’étendre à d’autres villes de la région.

port-autonome1-590x350
Port autonome, Jarry

Et la mer ?

Marie-Laure CIPRIN, de l’INSERT d’Angers a souligné le potentiel de l’économie maritime caraïbe centré sur la Guadeloupe. « Le coeur de l’arc caribéen, la Guadeloupe n’a, à ce jour, que peu utilisé la mer qui l’entoure pour développer son activité économique ». C’est cette suggestion qui a impulsé  la création du Cluster Maritime Guadeloupe (CMG) en 2011, un véritable tremplin pour les acteurs de l’économie maritime de l’île qui rêvent d’ajouter au palmarès économique de la Guadeloupe le label de « département maritime ».

macte1
Memorial Acte,Pointe à Pitre

La crise sociale de 2009 a laissé des traces indélébiles à l’économie de la Guadeloupe mais elle a permis la création d’entreprises et une relance des activités significative dans plusieurs secteurs grâce à l’ambition des acteurs industriels. le Mémorial Acte laisse entrevoir une possibilité de prolonger cet élan en offrant un attrait culturel unique dans la Caraïbe.