Naïka Pichi-Ayers, modèle d’inspiration

Shares
Read Carefully

Considérée comme une femme d’affaires redoutable, Naïka Pichi-Ayers travaille pour et avec la Caraïbe. Rencontre avec une femme dévouée à la créativité caribéenne.

Souvenons-nous. En février dernier, Naïka Pichi-Ayers participait avec nous au Sunday Live organisé par la pétillante Sylvia Phibel de Caraïbes Factory. C’est avec sa mère et ses deux filles que nous l’avons rencontrée. Sur les réseaux sociaux, nous avons découvert son travail. Mention spéciale pour la Karibbean Beauty Fest qu’elle a co-créée avec Johanna Morvan. Un évènement autour du cheveu, de la beauté, de la mode et du bien-être aux Antilles. Prenez note, le festival aura lieu le 14 juillet prochain en Guadeloupe. Une chance de pouvoir échanger avec celle qui connecte avec passion les Antilles et la Caraïbe à travers son entreprise : Ikone Caraïbes. Développer son affaire à l’international ou encore de la communication globale, elle touche à tout avec sa société, créatrice de liens.

 

  “J’ai choisi d’être à mon compte pour pouvoir vivre chaque étape de la vie de mes filles”

 

Face à ses écrans, Naïka Pichi-Ayers manage, délègue, mais garde un œil. Dans la vie, elle est mère et veille au bon grain. Deux activités, qu’elle mène d’une main de fer. « J’ai choisi d’être à mon compte pour pouvoir vivre chaque étape de la vie de mes filles”, explique-t-elle. « Je ne rate rien, les moments avec mes enfants sont précieux elles m’ont fourni un équilibre, elles m’apprennent à prendre soin de moi”, ajoute-t-elle. Au cœur de son business, Naïka Pichi-Ayers ne fait pas sans son moteur : la famille. “Inclure la famille dans son affaire favorise les relations, elle comprend mieux les victoires, les galères. Un vrai soutien que je chéris”, insiste-t-elle.

 

“Je suis ce que je fais. Le succès de mes clients est mon succès”

 

Après des années passées à Trinidad et Tobago, où elle a fait ses armes, Naïka s’est installée depuis trois ans en Guadeloupe, chez elle. Un choix qu’elle a fait pour sa fille aînée en situation d’handicap qui a besoin de soins suivis et permanents pour sa santé, non dispensés sur cette île anglophone. “Revenir en Guadeloupe a amélioré le parcours soin de ma fille. Grâce à ma flexibilité, je l’accompagne sans relâche et la rassure.”

Femme engagée, elle est la vice-présidente de Handi Reséau Caraïbes qui se bat pour une meilleure organisation de l’accueil et de la prise en charge de l’enfant porteur de handicap aux Antilles-Guyane. Cette situation familiale a renforcé Naïka dans son choix entrepreneurial et la motive à développer son business en Guadeloupe. “J’aime vraiment travailler, je suis dopée, d’ailleurs mes filles m’ont sauvée”. (rires)

Trois ans en Guadeloupe, trois ans, qu’elle crée des évènements qui visent à toucher un public international. “La Guadeloupe peut le faire”, dit-elle. Une conviction qui lui donne la force de mener toujours plus haut des concepts avec sa touche caribéenne qui incontestablement lui fait du bien.

“Travailler bien, respecter ses échéances et garder le contact avec le réseau qu’on s’est constitué, c’est la clé. “

Faire connaître les Antilles aux autres caribéens, c’est son cheval de bataille et ce, même dans le sport. Que celui qui reste sans bouger face à de la soca, lève le doigt ? Impossible n’est-ce pas ? Dans la salle, Jenny Paulin, la chorégraphe donne le rythme. Sur les réseaux Naïka partage la good vibe de la séance de sport et suscite l’engouement de cette nouvelle pratique sportive qui séduit de plus en plus de Guadeloupéennes. Avec Jenny, le sport est fun, caribéen ! Ce n’est pas tout,  elle propose aussi des cours de Form’aka. Toujours du fitness mais cette fois avec des tambouyés zélés. Jenny Paulin travaille main dans la main avec Naïka pour faire évoluer ces concepts déjantés. “Je suis ce que je fais. Le succès de mes clients est mon succès”, déclare Naïka .

Formée à Trinidad, enrichie par ses voyages dans le monde, elle n’a eu aucun mal à s’imposer en tant que femme entrepreneure. “Travailler bien, respecter ses échéances et garder le contact avec le réseau qu’on s’est constitué, c’est la clé. “La richesse, c’est donner vie à une idée qui satisfait pleinement”, souligne-t-elle. Vous l’aurez compris Naïka Pichi-Ayers travaille pour faire rayonner ceux qui lui confient des projets. Une businesswoman indéniablement pour la réussite de l’autre.

Stécy LANCASTRE

Crédit photo : Thimodent Robe
Tenue : Boutique L’Escale / Maquillage : Epilation Beauté

 

ABONNEZ-VOUS À LANOUVELLESAM

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 439 autres abonnés

Facebook LaNouvelleSam




Top
%d blogueurs aiment cette page :