Elections américaines : Comment ça marche ?

Dans 2 jours, Donald Trump ou Hilary Clinton succédera  à Barack Obama.  À cette date, le 8 novembre prochain les américains éliront leur futur président. Revenons en détail sur ce scrutin singulier .

Les élections ont toujours lieu au mois de novembre. Ce jour est communément nommé   » L’Election Day ». A noter également que l’élection présidentielle n’est pas la seule à se tenir en novembre. Les Américains pourront également choisir leur gouverneur, dans une dizaine d’Etats, et une partie de leurs parlementaires, c’est-à-dire les élus à la Chambre des représentants (l’équivalent de l’Assemblée nationale en France) et les sénateurs. Ils peuvent également être consultés par référendum, suivant les Etats.

QUI VOTE POUR LE PRESIDENT ?

L’élection présidentielle américaine est un scrutin indirect Le peuple américain ne vote donc pas directement pour son président mais pour des « grands électeurs », composant le collège qui élira au final le résident de la Maison-Blanche.

  • LES GRANDS ELECTEURS
  • En  1789 le meilleur moyen de communiquer était de donner une lettre à un coursier à cheval en espérant qu’il soit rapide, qu’il ne se fasse pas attaquer en chemin. Le meilleur moyen pour qu’une élection fonctionne était de donner une pleine confiance à un groupe de grands électeurs, qui influençaient ainsi sur le résultat final en adaptant leur vote en fonction de la situation sur place.

Les grands électeurs, élus par les citoyens constituent un collège électoral de 538 membres.

Pourquoi 538 à l’élection américaine ?

C’est le résultat des 438 membres de la Chambre des représentants (chambre basse du Congrès – composée proportionnellement selon la grandeur de chaque Etat) ajoutés aux 100 sénateurs (chambre haute du Congrès – deux par Etat).

Chaque Etat a finalement autant de représentants au Congrès que de grands électeurs. Les Etats ont minimum 3 grands électeurs de base, mais suivant l’importance de leur population d’autres grands électeurs se rajoutent proportionnellement au nombre d’habitants.

Les trois grands électeurs de base donnent d’ailleurs un avantage aux Etats les moins peuplés : la voix des habitants de Wyoming (3 grands électeurs pour 500 000 habitants) a plus de poids que les citoyens de Californie (55 grands électeurs pour 37 millions d’habitants). Ce déséquilibre est très critiqué puisqu’il donne en moyenne un grand électeur pour 190 000 personnes dans le Wyoming, contre un pour 685 000 en Californie.

 » WINNER TAKE ALL »

un tel mode de scrutin, n’assure pas que le candidat qui a récolté le plus de suffrage gagne les élections .Ce fut notamment le cas en 2000, où Al Gore avait obtenu plus de 500.000 voix d’avance sur George W. Bush. Pourtant, c’est bien le candidat républicain qui l’avait emporté, avec cinq grands électeurs d’écart.

Le vote du citoyen américain diffère en fonction de l’Etat dans lequel il réside. Le vote est perdu si l’Etat est traditionnellement démocrate ou républicain. En revanche l’élection est particulièrement décisive dans une poignée d’Etats, appelés les « Swing states » (littéralement les « Etats qui balancent »). Ce sont eux qui font véritablement l’élection, puisqu’ils votent alternativement pour le candidat démocrate ou le républicain.

  • Pourquoi devine-t-on le nom du président avant le vote des grands électeurs ?

Concrètement le jour du vote, les citoyens se déplacent pour voter entre deux candidats et leurs colistiers, mais le vote ne doit être confirmé que plus tard, par des grands électeurs lors du Collège électoral.  Cependant au fur et à mesure des votes, nous pouvons déduire le nom du futur Président américain puisque les membres du Collège électoral sont tenus par serment de voter pour l’un des deux candidats auxquelles ils ont été associés.