Etats-Unis : le royaume des Gullahs, descendants d’esclaves

Le pays gullah s’étend le long d’une bande côtière de quelques dizaines de kilomètres de large de la Caroline à la Floride (les Geechee sont les homologues des Gullah sur la côte de Géorgie). Les marécages disputent la terre aux grands arbres couverts de tillandsia, cette « mousse espagnole » qui se suspend aux branches comme un rideau. N’étaient les terrains de golf, ardemment combattus par la reine et son petit peuple, on se croirait dans une lointaine contrée exotique. Là, depuis 150 ans, vivent les Gullah, descendants d’esclaves fiers de leur culture créole, de leur langue et… de leur reine.

Marquetta Goodwine, alias Queen Quet, la reine des Gullah

A l’image, Marquetta Goodwine, alias Queen Quet, est devenue reine des Gullah en 2000. Autrefois cadre dans l’informatique à New York, elle est revenue dans son île pour agir avant que sa culture ne disparaisse. Marquetta Goodwine a décidé que son destin la rappelait au pays des Gullah. En quelques années, elle a inscrit le nom de sa tribu au Patrimoine mondial et elle a changé le sien. Elle s’appelle maintenant Queen Quet et son titre officiel est « chef d’Etat, reine et prêtresse des Gullah-Geechee ».

la-reine-des-gullah

Photo 1/19© Joan Bardeletti 

Les membres du gouvernement

les-membres-du-gouvernement

Photo 2/19© Joan Bardeletti 

En créant de toutes pièces un gouvernement, réuni ici à Charleston, en Caroline du Sud, un conseil des anciens, un drapeau et une constitution, Queen Quet a rendu leur fierté à de nombreux Afro-Américains coupés de leurs racines gullah.

A l’ombre de chênes couverts de «mousse espagnole», cette chapelle anglicane en ruine, aux murs faits de coquillages, fut bâtie en 1740 par les esclaves d’une plantation à Frogmore, sur l’île de Saint Helena. Elle est aujourd’hui classée Monument historique.

 chapelle-anglicane-
Photo 3/19© Joan Bardeletti 

 

L’église baptiste d’Elm Grove

Une missionnaire vient d’être consacrée dans l’église baptiste d’Elm Grove, face à l’île de Sapelo.

.l-eglise-baptiste-d-elm-grove

Photo 4/19© Joan Bardeletti 

Jabari Moketsi, rédacteur en chef du journal Gullah Sentinel

Jabari Moketsi, vétéran du Vietnam et rédacteur en chef du journal Gullah Sentinel, anime aussi les ondes de la radio WKWQ (We are Kings, We are Queens). Basée à Beaufort en Caroline du Sud, elle est consacrée à l’actualité des Sea Islands.

jabari-moketsi-l.jpg

Photo 5/19© Joan Bardeletti

 

Le Penn Center de Saint Helena

Victoria Smalls, née de père gullah et de mère blanche, travaille au Penn Center de Saint Helena, ancienne école pour les esclaves affranchis, devenue un musée.

le-penn-center-de-saint-helena.jpg

Photo 6/19© Joan
Bardeletti

 

Des origines africaines revendiquées

des-origines-africaines.jpg

Photo 7/19© Joan Bardeletti 

A 21 ans, Akua Page arbore fièrement ses origines africaines et revendique son attachement à la culture gullah.

Une communauté soudée

Comme ce couple sortant d’une messe à Elm Grove, en Géorgie, de nombreux Afro-Américains ont le sentiment qu’appartenir à cette communauté leur donne plus confiance.

une-communaute-soudee.jpg

Photo 8/19© Joan Bardeletti 

Hilton Head, une des plus belles destinations de golf du monde

Sur l’île de Hilton Head, les terres gullah ont cédé la place aux parcours de golf et aux gated communities, des quartiers résidentiels cossus.

hilton-head-une-des-plus-belles-destinations-de-golf-du-monde.jpg

Photo 9/19© Joan Bardeletti 

 

Sur les traces du patrimoine gullah

Parmi les derniers Gullah de Hilton Head, Emory Campbell organise des visites guidées pour les touristes sur les traces du patrimoine de sa communauté.

sur-les-traces-du-patrimoine-gullah

Photo 10/19© Joan Bardeletti

 

Marquetta Goodwine, alias Queen Quet

Marquetta Goodwine, alias Queen Quet, fut proclamée «reine des Gullah» en 2000. Elle a quitté New York et une carrière dans l’informatique pour revenir dans les Sea Islands, épicentre de cette culture créole perpétuée par les descendants d’esclaves.

marquetta-goodwine-alias-queen-quet

Photo 11/19© Joan Bardeletti 

 

Sur le ferry qui mène à Sapelo island

Ces passagers du ferry qui mène à Sapelo island, en Georgie, viennent assister aux funérailles de la doyenne de l’île. Environ 300 000 Gullah vivent encore entre la Caroline du Nord et la Floride.

 

sur-le-ferry-qui-mene-a-sapelo-island.jpg

Photo 12/19© Joan Bardeletti

 

Cornelia Bailey, représentante des Gullah de Sapelo island

Cornelia Bailey (à gauche) est la représentante des Gullah de Sapelo island. Elle milite contre l’expropriation des membres de sa communauté, car le territoire gullah est convoité par les promoteurs.cornelia-bailey-representante-des-gullah-de-sapelo-island.jpg

Photo 13/19© Joan Bardeletti 

 

Christopher Bailey, le deuxième plus jeune habitant de Sapelo island

Christopher Bailey, 17 ans, est le deuxième plus jeune habitant de Sapelo island. Faute de perspectives économiques, il n’y a presque plus de naissances sur l’île. Il se tient ici devant un mur de coquille d’huîtres bâti par les Gullah cent ans plus tôt.

christopher-bailey-le-deuxieme-plus-jeune-habitant-de-sapelo-island.jpg

Photo 14/19© Joan Bardeletti 

 

Les Sea Islands

La géographie des Sea Islands, séparées du continent par un dédale de criques et de marécages infestés de moustiques, les a longtemps protégés des influences extérieures. Aujourd’hui, plusieurs ponts relient l’archipel au littoral.

les-sea-islands.jpg

Photo 15/19© Joan Bardeletti

 

Cimetière gullah

Ce cimetière gullah est enclavé dans la gated community de l’île de Hilton Head, une résidence de luxe fermée et sécurisée. Les Gullah doivent demander une autorisation pour rendre visite à leurs morts.

.cimetiere-gullah.jpg

Photo 16/19© Joan Bardeletti 

 

Sur l’île Saint Helena, une cinquantaine de Gullah vivent encore des produits de la mer

Les frères Carter et leur neveu récoltent des huîtres sauvages dans la vase des marais de l’île de Saint Helena, comme le faisaient leurs ancêtres, qui vivaient essentiellement des produits de la mer.

sur-l-ile-saint-helena-une-cinquantaine-de-gullah-vivent-encore-des-produits-de-la-mer.jpg

Photo 17/19© Joan Bardeletti 

 

Aujourd’hui, plusieurs ponts relient l’archipel au littoral

Inauguré en novembre 2015 à Savannah, en Géorgie, ce pont enjambe le canal Ogeechee, construit par les esclaves en 1800 pour acheminer le coton et le bois depuis les Sea Islands jusqu’à la côte.

aujourd-hui-plusieurs-ponts-relient-l-archipel-au-littoral.jpg

Photo 18/19© Joan Bardeletti